Le fabuleux destin de Gotan du Lavoir des Marais !

S’occuper d’un Alzheimer jeune : un métier à temps complet

Malgré des nuits complètes d’insomnie, Didier se lève avec le sourire et si vous nous rencontrez un jour, je vous mets au défi de deviner son handicap. Je vous propose un rapide résumé de ce que je sais de son parcours.

Cadre en informatique, il a sillonné la planète dans le cadre de son métier. Après avoir longtemps réussi à dissimuler les prémices de sa maladie, en 2008, à 46 ans, le diagnostic est tombé : maladie neurodégénérative de type Alzheimer à un stade avancé. D’après ce que j’ai compris des conversations avec les spécialistes (eh oui ! je l’accompagne même à l’hôpital), les neurones meurent peu à peu et les zones du cerveau concernées n’ont plus besoin d’oxygène. Lorsque la maladie aura atteint le cerveau reptilien, Didier va en mourir. D’ailleurs, le professeur qui le suivait, à ce moment-là, avait placé le curseur entre 4 et 8 ans. Aujourd’hui, il a 55 ans et je l’accompagne depuis plus de 4 ans. Comme il s’agit d’une maladie orpheline, il n’existe aucun traitement ni médicament pour soigner ou ralentir l’évolution de la maladie.

Avec une invalidité reconnue de 95%, il lui est impossible de travailler et il a besoin d’une tierce personne pour la vie quotidienne. Comme son parcours professionnel l’a amené à travailler à l’étranger, Didier ne rentre dans aucune des cases prévues par la législation française pour bénéficier d’une quelconque pension d’invalidité. Il a juste droit à l’allocation adulte handicapé et encore une autre subtilité française, elle est allouée au couple. Comme Antoinette travaille, son salaire est déduit du montant de l’allocation versée. De ce fait, elle permet tout juste de couvrir mes frais courants d’alimentation et d’entretien quotidien.

C’est aussi Antoinette et Didier qui ont payé l’intégralité de ma formation. Ils n’ont eu aucun financement et ils se sont super bien débrouillés pour trouver les éducateurs canins qui me transmirent chacun leurs connaissances selon leur spécialisation. Suivant l’évolution de la maladie, je prends régulièrement une piqûre de rappel pour adapter mon savoir-faire aux nouveaux besoins de Didier. Quand j’ai lancé le concept de ce site internet « les amis de Gotan », j’avais dans l’idée qu’il existe sûrement plein d’humains très aimants et généreux qui souhaiteraient participer financièrement, même très modestement, au mieux-être de notre famille. Aussi je compte sur vous, mes amis, pour m’aider à relever ce défi et je vous donne rendez-vous ici.

Je vous fais d’avance une léchouille bien humide, parole de Gotan !

Mais revenons à nos moutons ! Au réveil, je sonde systématiquement l’humeur de Didier. À travers la porte ouverte de la salle de bain, je l’observe quand il se rase. Si je détecte la moindre faiblesse, j’active mon plan d’urgence. Je prends le maximum d’élan dans le couloir, qui est perpendiculaire à la salle de bain, et je démarre mon sprint à toute allure. Quand j’arrive à sa hauteur, je pose mon arrière-train sur le sol et je termine ma course en glissant sur mes fesses. Avec l’entraînement, j’arrive même à faire un quart de tour sur moi-même durant la glissade. Dès qu’il sourit, je cours lui faire une méga léchouille, je sais que la journée commence bien.

« Mon idée du bonheur, c’est de passer une bonne journée. »

Sur les photos et les vidéos, vous me voyez équipé de mon harnais « ASSISTANCE DOG », cela m’indique que je suis de sortie et que je dois être totalement à l’écoute de Didier. À la maison, je n’ai pas le harnais et je devrais être le chien standard qui aboie lorsque le facteur sonne. Eh bien non ! À présent, vous me connaissez suffisamment bien pour savoir que je suis entièrement dévoué à Didier. Je l’aime et j’aime lorsqu’il se bat au quotidien contre sa maladie. Aussi je vous propose de découvrir le menu du jour et les nombreuses facettes de mon plein temps.

Ma journée type

  • 06:00  Réveil et besoins sanitaires de base
  • 06:10  Toilette et brossage du matin
  • 06:20  Présence active durant le petit-déjeuner de Didier
  • 06:30  Premier câlin du matin (dès qu’il a terminé son café)
  • 06:40  Vérification de sa toilette, du rasage et de son habillement
  • 07:00  Jeux interactifs avec stimulation de ses fonctions cognitives
  • 08:00  Première pause de la journée avec activité libre
  • 09:00  Balade sensorielle ou jeux de piste
  • 10:00  Câlin et seconde pause de la journée
  • 11:00  Activités sportives ou jeux de société
  • 12:00  Surveillance du déjeuner
  •   
  • 12:30  Câlin et sieste commune
  • 12:50  Nouvelle toilette avec pose du harnais « ASSISTANCE DOG »
  • 13:00  Sortie culturelle avec l’auxiliaire de vie
  •   
  • 16:50  Retour au domicile avec dépose du harnais
  • 17:00  Activités sportives pour me dégourdir les pattes
  •   
  • 18:00  Surveillance du souper de Didier
  • 18:30  Unique repas du jour à base de croquettes (150 gr)
  • 19:00  Phase digestive
  • 19:50  Hygiène dentaire sous forme de bâtonnet à mâcher
  • 20:00  Consultation rapide des actualités du jour
  • 20:30  Besoins sanitaires d’après repas
  • 20:40  Jeux de société ou stimulations sensorielles
  • 22:00  Derniers besoins sanitaires du jour
  • 22:20  Câlin du soir
  • 22:30  Fin de la journée
  • Si vous avez des questions à me poser, je suis tout disposé à y répondre. Il vous suffit pour cela de me contacter.